L’UM6P ET MASEN RENFORCENT LEUR COOPERATION POUR ATTEINDRE LE CAP D’INDUSTRIALISATION DES BATTERIES

L’UM6P et Masen annoncent passer à la vitesse supérieure pour la valorisation des matières premières marocaines. Leur partenariat dans le domaine des batteries avance à pas sûrs avec une visée sur l’industrialisation pour positionner le Maroc dans la course mondiale de cette technologie.

06 juillet 2020

Renforcer la coopération entre le monde académique et le monde industriel. C’est l’un des objectifs stratégiques de la collaboration entre l’Université Mohammed VI Polytechnique (UMP6) et l’Agence marocaine pour l’énergie durable (Masen). En effet, les deux institutions ont développé un partenariat orienté principalement sur la recherche et le développement dans les secteurs industriel et de l’énergie mettant à contribution leur savoir-faire ainsi que leur infrastructure complémentaire de laboratoire et de prototypage. L’un des axes clés de ce partenariat est la valorisation des matières premières marocaines contribuant ainsi à réduire la dépendance à l’importation.

Il s’agit, selon Dr Jones Alami, Pr en Science des surfaces et de nanotechnologies, et directeur du Département des sciences des matériaux, de l’énergie et de la nanotechnologie (MSN) à l’UM6P, d’une nécessité pour combler les lacunes de notre économie. «C’est un changement de paradigme, où une matière première nationale pourrait être reconnue non seulement comme une marchandise, mais comme une opportunité de créer de la valeur, de renforcer les capacités, de développer de nouvelles entreprises et de concevoir des systèmes socio-économiques innovants, dans le contexte de notre nouveau modèle économique national », explique-t-il.


En tête des sujets de recherche sur lesquels les équipes de l’UM6P et Masen accélèrent la cadence, celui des batteries, identifié par les partenaires comme une priorité de collaboration. «La recherche sur la technologie des batteries est désormais une course mondiale, et je pense que le Maroc peut trouver sa place dans cette course, en partie parce que de nombreux métaux qui entrent dans la fabrication de batteries sont abondants dans notre pays, mais principalement parce que cette recherche contribuera à une valorisation plus poussée de l’acide phosphorique, la ‘’matière première’’ utilisée dans ce développement, et produite par notre sponsor de recherche OCP», indique Dr Alami. 


La recherche sur le stockage d’énergie électrochimique au département de science des matériaux, d’énergie et de nano-ingénierie (MSN) de l’UM6P a débuté il y a environ 4 ans avec la participation d’une équipe de professeurs, post-doctorants et doctorants. Les premiers résultats sur le développement de matériaux LFP, à base d’acide phosphorique OCP, sont prometteurs avec une vision d’industrialisation qui se précise, selon le responsable. «Avec le soutien de nos partenaires et collaborateurs, nous réalisons un consortium qui, j’en suis convaincu, placera le Maroc sur la carte des producteurs de matériaux pour batteries et éventuellement du fabricant de batteries dans les 3-4 prochaines années», estime le spécialiste. 

par Auteur : Le Matin
source Source : Le Matin
Revenir aux articles